L’injustice des rêves
Sénèque

Le projet de L’injustice des rêves est d’agir tels des artistes collapsologues du théâtre. Nous allons nous projeter dans 80 ans, en imaginant qu’il y a eu un point de rupture (crise économique ou dérèglement climatique) ayant affecté notre société.

Le public assiste à une fiction mettant en scène un groupe de Témoins de Jéhovah qui serait réfugié dans un centre de tir transformé en bunker pour attendre l’Apocalypse. Le public est dans un théâtre en 2100 mais assiste à une farce qui moque l’eschatologisme de 2020 : ils attendent depuis trois semaines, il n’y a aucun signe de fin du monde, et chacun exprime ses angoisses à l’idée de continuer à vivre dans le même monde qu’avant.

Cette mise en jeu et le contenu du spectacle que les spectateurs de 2100 regardent nous obligent à soulever plusieurs questions : de quelle société le théâtre sera-t-il le miroir en 2100 ? Quelle place aura le théâtre après le point de rupture dont tout le monde parle aujourd’hui ? Pourquoi et comment nous reviendrons sur cette histoire ? Quel sera notre rapport à elle ? En joignant le passé par le biais des écrits de Sénèque et l’avenir, même le plus tragique, nous soulèverons des interrogations quant à notre façon d’aborder le présent.

Vincent Menjou-Cortès, novembre 2019.

Production Salut Martine

Coproduction  (en cours) CDN de Normandie- Rouen, Scène Nationale Sud-Aquitain, l’Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Avec le soutien du Conseil Régional de la Région Nouvelle Aquitaine, du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, de la ville de Bayonne et du Théâtre du Cloître – Scène conventionnée de Bellac.