L’injustice des rêves
Sénèque

Pour beaucoup de nos contemporains, notre civilisation industrielle fonce dans le mur et il est trop tard pour éviter l’impact. Bouleversement climatique, crise économique, crise migratoire, les secousses auraient déjà commencé. Les scientifiques ont inventé un terme pour l’étude de ce désastre à venir : la collapsologie. Son objectif est de nous éclairer sur ce qui nous arrive pour pouvoir discuter sereinement des politiques à mettre en place.

Le projet de L’injustice des Rêves est d’agir tels des artistes collapsologues.

En joignant le passé par le biais des écrits de Sénèque et l’avenir, même le plus tragique, nous soulèverons des interrogations quant à notre façon d’aborder le présent. Quel espoir motive cette croyance de remise à zéro des compteurs ? Sur quelles bases pensons-nous reconstruire ce nouveau monde ?

J’ai imaginé qu’un groupe de Témoins de Jéhovah serait réfugié dans un centre de tir transformé en bunker pour attendre l’Apocalypse. Ils attendent depuis trois semaines mais il n’y a aucun signe de fin du monde. Le temps commence à se faire long et l’espoir de l’Armageddon – l’établissement du Paradis sur Terre – est en train de se transformer en raté. Leur naïveté va être bousculée par une fatalité que d’autre – la majorité – trouverait heureuse. Cette fin du monde n’est pas pour aujourd’hui. Ils vont devoir continuer à vivre. Mais le veulent-ils vraiment ?

Vincent Menjou-Cortès, juin 2018.

 

Production Salut Martine

Coproduction  (en cours) CDN de Normandie- Rouen, Scène Nationale Sud-Aquitain, l’Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Avec le soutien du Conseil Régional de la Région Nouvelle Aquitaine, du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, de la ville de Bayonne et du Théâtre du Cloître – Scène conventionnée de Bellac.